Blog

Bilan 2017

2017 touche à sa fin, l’occasion de faire un petit bilan généalogique de l’année écoulée, et de penser à ce que sera 2018.

Le blog

Le blog a vraiment démarré cette année. 2 articles en 2016 et 12 en 2017. C’est bien évidemment une production très modeste.  C’est à peu près ce que j’imaginais pouvoir faire quand je me suis lancé. Les idées ne manquent pas, les articles sont commencés. Mais pour écrire, il faut ce temps que je peine souvent à trouver.

La série d’articles sur Antoine BAVIERE aura trouvé un lecteur très particulier, puisqu’un descendant de cette famille de BAVIER originaire des Grisons a pris contact avec moi. L’article qui aura un pic de fréquentation dès sa sortie est finalement celui sur lequel j’aurais passé le moins de temps: l’enfant aux douze prénoms. A en juger par les statistiques, l’article a dû être publié sur une page ou un groupe Facebook, et les généalogistes généralement friands de ce genre d’insolites ont suivi.

anom_matr_1900_thevenot_augustin-prenoms

Enfin, toujours selon les statistiques, il semble qu’il y ait tous les jours des personnes qui cherchent des sites parlant de généalogie à la Réunion. Et Google me fait la gentillesse de proposer mon article sur les sites internet pour les recherches généalogiques sur l’île de la Réunion. C’est l’article qui a eu le plus de fréquentation.

Les recherches

Cette année, à part la Réunion et la Suisse, mes recherches m’ont emmené en Norvège et en Nouvelle-Calédonie.

Un mariage, quelques questions posées à l’oncle de mon beau-frère norvégien, quelques noms notés sur une feuille de papiers et me voilà parti sur les traces. Un scénario classique finalement pour le généalogiste qui sait profiter des réunions de famille. Je ne parle pas un mot de norvégien et la transmission des noms est très différente de celle qu’on connaît. Mais de nombreux américains ont des ancêtres scandinaves, et il existe de nombreux sites et groupes Facebook très utiles. Les archives sont accessibles en ligne, ce n’était donc pas mission impossible.

2017-03-01-Twitter-Norvege

Du grand Nord, je suis passé au Pacifique Sud. En continuant de creuser sur une branche de ma famille partie en Nouvelle-Calédonie, j’ai fini par découvrir les travaux de Karin Speedy alors responsable du département French and Francophone Studies à l’université Macquarie de Sydney. Et la sérendipité a frappé par 2 fois. D’abord, dès nos premiers échanges, Karin me « reconnaît » et me dit qu’elle a même vu une photo de mon mariage. 😮

Explication: mon père avait été en contact avec une famille tahitienne qui recherchait ses ancêtres réunionnais et leur avait envoyé une photo de famille. Il n’y a pas mieux que les photos de mariage pour montrer la famille, tout le monde est là et en plus tout le monde est beau. 🙂 Karin Speedy faisait des recherches sur les Réunionnais dans le Pacifique et était en contact avec cette même famille, qui lui avait transmis la photo.

Ensuite Karin m’informe qu’elle est en train d’écrire un article (ici) où elle parle de la transmission orale dans une famillepartie de la Réunion en 1877 et dont les descendants vivent aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie et en Australie. Comme par hasard, cet article concernait une branche de ma famille dont je ne savais qu’elle avait émigré en Nouvelle-Calédonie.  C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de cette partie de la famille qui a fini par s’éparpiller entre la Nouvelle-Calédonie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Tahiti et la Californie. C’est un vrai bonheur de pouvoir parler de la Réunion à de lointains cousins.

L’ADN

2017 aura aussi été l’occasion de découvrir plus concrètement la « généalogie génétique ». En fait, en lisant les blogs qui parlent de généalogie génétique, en suivant les groupes Facebook ou les channel Youtube qui en parlent, j’ai eu l’impression de découvrir un monde généalogique parallèle. Quelques membres de la famille et moi-même avons testé et je commence seulement à exploiter les résultats de ces tests, comme j’en parle ici. Au passage j’ai découvert qu’il y a un petit groupe de Réunionnais qui s’y intéresse.  Sachant que nous avons des ancêtres communs, la perspective de pouvoir échanger avec eux sur le sujet me ravit.

Et 2018 ?

pop_esclave

Section concernant les esclaves sur une feuille de recensement (Archives Départementales de la Réunion)

Le 20 Décembre 2018, les Réunionnais fêteront les 170 ans de l’abolition de l’esclavage. Tout au long de cette année, j’essaierai donc de parler de mes ancêtres esclaves et des particularités des recherches sur les esclaves. Enfin, ce blog verra peut-être l’arrivée d’articles en anglais. Les descendants de ces branches de ma famille parties en Nouvelle-Calédonie sont aujourd’hui anglophones. J’aimerais leur offrir quelques articles sur leurs ancêtres réunionnais.

Voeux

Je vous souhaite une très belle et heureuse année 2018, et surtout beaucoup de succès dans vos recherches.

 

Catégories :Blog

7 réponses »

  1. C’est un beau bilan et, qui plus est, un bilan qui laisse de belles perspectives pour 2018. Au plaisir de continuer à vous lire 😀

  2. Bonne année à vous aussi :). Voila un joli bilan! C’est toujours génial d’être contacté et de pouvoir échager sur ses ancêtres. Les billets généalogiques ou biographiques prennent un temps fou, c’est pour cela qu’il ne faille pas avoir peur d’en commencer bcp (puisque si l’on doit attendre d’avoir assez de matière, le travail serait encore plus ardu; l’effort d’immerssion trop chronophage!).

    • Je n’ai pas beaucoup d’articles au compteur et donc pas encore de routine d’écriture. Mais j’ai décidé de commencer les billets et ne pas forcément les terminer tout de suite. Ca devrait permettre de suivre l’envie du moment.

      • Oui, c’est exactement cela! Pour ma part, Dans mes brouillons, j’inclus les noms et extensions des photos prises en archives.. ça me permet de les retrouver rapidement. Au départ, cela ressemble à un listing entremêlé de petites phrases, d’orientations envisagées etc. Cela prend forme tout seul, l’inconvénient c’est qu’il y a rapidement bcp de brouillons :D. J’en suis maintenant à 142 et je sais qu’il y en a dans le lot que je vais avoir du mal à terminer autrement que par une pirouette et un pied de nez!

Laisser un commentaire