Geneatheme

2017 – Nouvelles ressources en ligne pour la Réunion et la Suisse

En ce mois de Décembre, mes collègues blogueurs parlent de leur plus grand bonheur généalogique de l’année. Je me prête aussi à l’exercice.

Bien sûr il y a les rencontres, les découvertes, les objectifs remplis. Mais ce qui m’a finalement rendu le plus heureux en 2017 c’est de voir que toujours plus de fonds d’archives sont accessibles en ligne. 

J’ai choisi 3 exemples pour illustrer mon propos.

Les premières mises en ligne des Archives Départementales de la Réunion.

C’était le 14 Mars 2017.  Je recevais un mail de Bernard NOURIGAT via liste de diffusion Genbourbon dont le sujet était « Nouvelle IMPORTANTE ! IMPORTANTE!« . Il nous faisait suivre un message de Damien Vaisse, directeur des Archives Départementales de la Réunion (ADR) qui annonçait « la mise en ligne, à titre de test, du module de consultation des archives numérisées des ADR« . Une fois la période de test terminée, cela fut officiel: les Archives Départementales de la Réunion mettaient en ligne pour la première fois des archives numérisées.

Je trouve le choix des fonds mis en ligne très judicieux. Je mentionne ici ceux qui sont à mon avis les plus marquants.

  • Les registres spéciaux d’affranchissement de 1848. L’un des événements les plus marquants de l’histoire de la Réunion est sans conteste la proclamation de l’abolition de l’esclavage le 20 Décembre 1848. 62000 esclaves sont affranchis, un patronyme leur est attribué et ils sont inscrits dans les registres spéciaux d’affranchissement ouverts spécialement pour établir leur identité. Ces registres renseignent parfois sur la filiation et l’ascendance de ces anciens esclaves. Pierrette et Bernard NOURIGAT en avaient déjà fait les relevés, mais les photos de ces registres sont maintenant accessibles à tous.
  • Les recensements de la population (1708-1789) conservés dans le fonds de la Compagnie des Indes sont maintenant accessibles en ligne. Ces recensements sont un complément très utile aux généalogistes et donnent parfois quantité de détails sur les possessions de nos ancêtres et l’origine des primo-arrivants. Pour les plus chanceux, il sera même possible d’y trouver la trace de nos ancêtres esclaves.
  • Les registres d’état civil complémentaires à ceux des Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Ils concernent notamment les naissances, mariages et décès de la population esclave qui ne sont pas déposés aux ANOM. La reconstitution de la cellule familiale de nos ancêtres esclaves n’est pas facile et demande donc du temps. Pouvoir consulter ces registres en dehors de la salle de lecture des ADR est donc un réel progrès.

Pour voir le détail des fonds numérisés disponibles: c’est ici.

Un grand merci à tout le personnel des Archives Départementales de la Réunionpour ce travail et à tous ceux qui ont contribué à ces mises en ligne.

ADR_StPierre_RegSpec.png

© www.cg974.fr – Département de La Réunion – Archives Départementales de la Réunion

La nouvelle visionneuse de Archives Nationales d’Outre-Mer.

Pour les recherches généalogiques qui concernent les anciennes colonies, et donc la Réunion, le site des Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM) est incontournable. Les registres paroissiaux et les registres d’état-civil y sont notamment accessibles. Encore récemment, la navigation dans ces registres nécessitaient l’installation et la mise à jour régulière de Java. Ceci a même causé une incompatibilité avec les versions les plus récentes des navigateurs, obligeant à diverses manipulations.

Depuis quelques semaines, les images de l’état civil de Réunion sont accessibles via la nouvelle visionneuse déployée cette année. Et ce sont tous les utilisateurs du site des ANOM qui crient Hourrah !  La navigation ne nécessite pas d’installation particulière et en plus elle est bien plus rapide qu’auparavant.

Un grand merci au personnel des ANOM.

La mise en ligne des registres paroissiaux du canton de Berne (Suisse).

Au mois de Février 2017, les Archives Cantonales de Berne en Suisse ont mis en ligne les registres des paroisses du canton de Berne. Les registres couvrent une période commençant à la Réformation au début du 16ème siècle et se terminant en 1875. A partir de 1876, les naissances, mariages et décès sont enregistrés dans l’état civil tout juste créé.

Ces registres paroissiaux avaient été numérisés par un américain Lewis Rohrbach et ce dernier les commercialisait sur CD-ROM au format PDF.

Les deux grand-mères de mon épouse sont originaires de l’Emmental, et j’avais acquis quelques CDs. Mais j’étais parfois découragé car il fallait toujours consulter un ou deux actes sur un CD-ROM que je n’avais pas.  De plus le nombre de visites aux archives cantonales de Berne pour la consultation des registres paroissiaux était limité. Avec cette mise en ligne, tous les registres numérisés sont accessibles gratuitement.

Le répertoire des registres est ici, il faut cliquer sur Krichenbuecher (=registres paroissiaux) et sélectionner ensuite la paroisse et le registre qui vous intéresse. Patricia Ruelle, explique plus en détail sur son blog Chroniques du Temps.

Conclusion

Les archives continuent de mettre en ligne leurs fonds numérisés, pour le plus grand bonheur des généalogistes. Derrière une mise en ligne de fonds d’archives, il y a un énorme travail d’organisation, d’indexation, de numérisation, de tests. Et avant même tout cela, il y a des personnes qui se battent pour obtenir les fonds nécessaires à toutes ces réalisations, car tout cela a un prix.

Un grand merci à tous ceux qui rendent cela possible.

Catégories :Geneatheme

1 réponse »

  1. ah, la nouvelle visionneuse des ANOM, pour moi aussi c’est un bonheur généalogique 🙂 Alors oui, merci à tous ceux qui oeuvrent dans les services d’archives pour nos petits bonheurs

Laisser un commentaire