Généalogie Réunion

Variations d’un patronyme, de Gruchet à Vaulbert de Chantilly

Dans l’article précédent, je vous parlais de mes recherches pour identifier le père de mon arrière arrière grand-père paternel Stanislas ONÉZIME. Ma conclusion provisoire était que mon arrière arrière arrière grand-père (AAAGP) paternel était probablement Joseph Stanislas VAULBERT de CHANTILLY (1843-1895).  En remontant cette lignée, on rencontre un phénomène connu des généalogistes réunionnais: les patronymes changent au cours des générations. J’ai alors voulu savoir à quelle époque le nom VAULBERT de CHANTILLY était appraru.

Variations du patronyme GRUCHET

A l’île de la Réunion, les fils de famille ont parfois rajouté des noms à leur nom de famille originel pour différencier les branches d’une même famille. Dans la descendance de Jean GRUCHET primo-arrivant, on verra ainsi apparaître des GRUCHET BONNAIR, GRUCHET VALOGNE, GRUCHET MILLIANCOURT, GRUCHET MONTESE, GRUCHET DES BARRIERES et GRUCHET VAULBERT.

A travers les générations, les noms originels ont parfois complètement disparu. C’est le cas dans la lignée qui m’intéresse: le nom VAULBERT de CHANTILLY a remplacé en quelques générations le nom GRUCHET. La branche GRUCHET VAULBERT évoluera en GRUCHET VAULBERT CHANTILLY, puis VAULBERT de CHANTILLY.

La patronyme GRUCHET n’a pas disparu puisqu’il est encore porté à la Réunion.

Gruchet-Vaulbert-de-Chantilly

Jean GRUCHET – 1ère génération

Jean GRUCHET est originaire de Lisieux dans le Calvados (paroisse Saint-Jacques). Il s’engage comme armurier au service de la Compagnie des Indes. Il arrive à l’île Bourbon sur le Saint Jean Baptise » le 5 Décembre 1689 et s’installe à Saint-Paul. En 1692, il épouse une créole Jeanne BELLON qui lui donnera 11 enfants. Cette dernière meurt en 1729 pendant l’épidémie de variole. En 1730, il épouse Jacquette LÉVÊQUE  avec qui il aura encore 5 enfants. Il meurt à Saint-Paul en 1744.

Jean GRUCHET était illettré. L’orthographe de son nom est donc celle utilisée par les prêtres et ou officiers de la Compagnie.

gruchet jean 1692.png

Mariage de Jean GRUCHET et Jeanne BELLON en 1692. (Source: AD Réunion, transmis par iledelareunion-archive.com)

Joseph GRUCHET VAULBERT – 2ème génération

Joseph GRUCHET, 14ème enfant de Jean GRUCHET se fera appeler Joseph GRUCHET VAULBERT. Il entre au service de la Compagnie des Indes et s’installe en 1759 à l’île de France (île Maurice). En 1777 il est capitaine des troupes nationales de l’Ile de France et sera ensuite propriétaire. Il meurt en 1796.

Joseph Gruchet Vaulbert 1777.png

Extrait d’une rétrocession à la Compagnie des Indes d’une maison et dépendance. Source: Archives Nationales d’Outre-Mer, FR ANOM COL E 384

Joseph Elie GRUCHET VAULBERT CHANTILLY – 3ème génération

Joseph Elie GRUCHET VAULBERT est né à Port-Louis (Ile de France) en 1770. Il grandit  à l’île de France Maurice mais finira par s’installer à l’Ile Bourbon en 1791. A son mariage en 1796 il signe Joseph GRUCHET VAULBERT.

Joseph Gruchet Vaulbert 1796 Mariage.png

Signature de Joseph Elie Gruchet Vaulbert à son mariage à Sainte-Suzanne (Réunion) en 1796. (Source: A.N.O.M)

Aux recensements de 1806 et de 1813 il déclare s’appeller GRUCHET VAULBERT mais signe Vaulbert en 1806.

C’est à partir de 1818 qu’il change GRUCHET VAULBERT en VAULBERT CHANTILY (sic).  De même au recensement de 1826 à Saint-André (Réunion), il déclare s’appeler Vaulbert Chantily (sic).

Vaulbert Chantily Recensement 1818.png

Feuille de recensement de Joseph Elie Vaulbert Chantily. Source: Recensement de Saint-André (Réunion), 1826, Archives Départementales de la Réunion.

Conclusion

C’est donc entre 1813 et 1818 qu’apparaît le nom VAULBERT CHANTILY qui se transformera ensuite en VAULBERT de CHANTILLY.

Tous les VAULBERT de CHANTILLY descendent de Joseph Elie GRUCHET VAULBERT CHANTILLY, et plus précisément de ses 3 fils nommés (voir diagramme plus haut).

A la Réunion, on trouve encore aujourd’hui les patronymes GRUCHET, VAULBERT. A l’île Maurice et en Angleterre on trouve des VAULBERT de CHANTILLY. Ils sont à priori tous descendants de Jean GRUCHET.

C’est donc Jean GRUCHET qui serait mon plus lointain ancêtre sur ma lignée patrilinéaire. Savez-vous comment Antoine Boucher commence sa description de Jean GRUCHET:  « Il n’en fut jamais un qui eut plus l’apparence d’un innocent, … » Je vous en dirai plus dans un prochain billet. 🙂

1 réponse »

  1. bonjour, et bravo pour cette recherche.

    Dans mes origines alpines, il y eut aussi comme ailleurs cette prétention à prendre une particule pour poser son homme comme on pose son cul sur le trône. Mais il y eut surtout la nécessité de prendre des sobriquets pour différencier les 10 ou 15 enfants qui naissaient dans nombre de familles. Il y eut notamment deux petits villages où les Escallier étaient vraiment très nombreux. Certains ont accolé leur surnom ou sobriquet à leur nom officiel (non utilisé dans la vie courante) avec un tiret, puis probablement devant juger que « Escallier » n’était pas un mot glorieux ont laisser tomber le « Escallier » pour ne garder que le surnom. Par exemple un Escallier du village de Champoléon eut comme sobriquet « Maigre ». Marchand, il eut quelques biens et se nomma Escallier-Maigre. La génération suivante vit le fils devenir un petit noble d’un village voisin et il devint Maigre.

    bien cordialement,

    Philippe Escallier

Laisser un commentaire